akikohoshina
Artiste plasticienne céramiste japonaise installée dans les Pyrénées en France

PROFIL
EN
FR
JP
works
textes
news
Contact


index_facebook
index_instagram








Photo : David banks

Artiste plasticienne céramiste, née à Gunma au Japon, Akiko Hoshina vie et travaille dans les Hautes-Pyrénées (65).
En 2020 elle installe son atelier à la soulane, tiers-lieu éco-créatif et associatif à Jézeau (65) et collabore sur  plusieurs projets dans ce lieu.

Akiko Hoshina a obtenu en 1996 une maîtrise des beaux-arts à l'Université JOSHIBI Art et Design au Japon. Elle a résidé en 2008 à la Cité Internationale des Arts de Paris et en 2010 au musée de la Céramique de Lezoux. En 2012, elle a reçu une bourse du Gouvernement japonais.
Akiko Hoshina a participé à de nombreuses expositions dont les Biennales Internationales de la Céramique de Châteauroux, "19th DOMANI " au Centre National des Arts de Tokyo en 2017, Showcase Galerie à la Galerie d'Art Municipale de Yokohama, à Azamino en 2019, Banquet de lEscaladieu  à lAbbaye de lEscaladieu (65) en 2022.

Dans son parcours artistique, Akiko Hoshina ne cesse douvrir ses créations et sa démarche en développant et explorant dautres techniques qui amènent la matière à se métamorphoser, à sinscrire dans le temps, à tisser une histoire dans la légèreté :

« Donner à voir linvisible, sublimer lSuvre du temps et révéler son empreinte dans la matière, apprivoiser lérosion des choses : Akiko Hoshina invente une pratique personnelle de la céramique. Formée au Japon, elle ne se situe pourtant pas dans lhéritage direct de la tradition japonaise de la céramique, si ce nest peut-être dans sa relation au temps, à léphémère, à la fugacité des choses et la fragilité de tout. Elle développe dans son Suvre une esthétique de la disparition, recouvrant dargile des objets, des meubles ou des vêtements, les figeant ainsi dans une temporalité arrêtée. Elle laisse ensuite la matière se métamorphoser, saltérer, se couvrir de craquelures. Ailleurs, elle disperse dans le paysage des pièces de céramique évoquant des créatures sylvestres fantastiques, soulignant le lien profond entre la terre du sol et largile constitutive de lSuvre ».&*

*Citation dun texte par Hélène Kelmachter
Consultante art contemporain et projets culturels internationaux
Ancien attachée culturelle Ambassade de France à Tokyo